Esquisse d’un parcours…

Originaire de la ville de Québec, Robert Laliberté débute sa carrière à Montréal en 1977. Les premières années sont pour lui l’occasion d’expérimenter plusieurs voies de la photographie, desquelles ressortent principalement ses « Prises de rues », des scènes croquées sur le vif en milieu urbain. Dans les années 1980, grâce aux contrats que le milieu théâtral lui octroie, il se bâtit rapidement une solide réputation de portraitiste et de photographe de plateau.
À la même époque Robert se met aussi à faire des photos en utilisant comme sujet principal le corps masculin. Dans des mises en scènes plus ou moins élaborées les corps photographiés deviennent, sous son éclairage, des objets malléables qui font ressortir la pureté des formes. Ces photos, d’un érotisme stylisé et évocateur, confirment d’ailleurs sa réputation toujours grandissante. L’immense respect qu’il a de son art et de ses modèles et l’humilité qui l’habite ne sont sans doute pas étranger à cela. Chez lui, pas de grandes théories, mais des mots simples, où il est question des rencontres, de la fragilité des rapports et des émotions.
Ainsi lorsqu’il devient bénévole pour les Petits frères des pauvres, en 1986, et qu’on lui demande de faire des portraits des personnes du 4ième âge dont l’organisme s’occupe, il accepte volontiers. Avec générosité et sensibilité, Robert s’attache à photographier au cours des années qui suivent des centaines de personnes âgées dans leur quotidien, contribuant à mettre en relief une facette inéluctable de l’humain, la vieillesse et la déchéance physique qui l’accompagne.

Au cours de sa carrière Robert Laliberté a maintes fois exposé ses œuvres, au pays comme à l’étranger et ses photos ont été publiées dans diverses publications canadiennes et internationales. En 2002 il a été récipiendaire du Prix Arc-en-ciel pour la Culture et l’Écomusée du fier monde à Montréal lui a consacré durant tout l’été une exposition rétrospective célébrant ses 25 ans de carrière.

Retour aux artistes

Autres artistes