Née à Montréal d'une mère québécoise et d'un père turc, Meryem Yildiz a été exposée à la diversité dès son jeune âge, ce qui l’a naturellement guidée vers la nuance et la souplesse des perspectives. Inspirée par sa propre dualité et composant avec ses subterfuges, elle a trouvé, à sa façon, un moyen d’illustrer les pensées ou les situations au premier abord disparates, par le biais de la photographie. Dotée d’une propension à la subtilité et au secret, elle favorise les allégories diptyques, les discours codés et les représentations éthérées.

Autodidacte, Meryem Yildiz a une formation qui relève essentiellement d'un usage judicieux de ressources singulières, voire restreintes. À la rencontre de moments, fixes ou passagers, elle crée dans les espaces qui l’entourent, un appareil-photo numérique reflex au bout des doigts et une chambre noire de pixels fins à la portée des yeux. Fondamentalement, elle incorpore à la photographie numérique une dimension à la fois figurative et narrative : mémentos, trésors cachés, miroirs poussiéreux, chats nonchalants, pots mason, pages perdues (et retrouvées) ne sont que quelques exemples clés tissant un lien entre l'intention et le résultat final.

Au travers le processus créatif et au cœur de son œuvre, Meryem Yildiz n’abandonne jamais la cognition, que ce soit la sienne ou celle des autres; que les messages soient niés ou avoués. Il n’est donc pas surprenant d’apprendre qu’elle est titulaire d'un baccalauréat en psychologie de l'Université McGill et d'un diplôme d'études supérieures spécialisées en traduction de l'Université Concordia, de Montréal, au Canada, où elle habite toujours.

Retour aux artistes

Autres artistes