L'œuvre en 3D de Martine Birobent, où se croisent mutants et hermaphrodites, est souvent marquée d'une empreinte autobiographique soulignant diverses phases déterminantes de sa vie. C'est de nouveau le cas avec les poupées muselées : « J'ai encore arrêté de fumer et je me reconstitue, maille après maille, point par point. Les poupées muselées se compteront bientôt par milliers... ».

Voyageuses, ces poupées ont quitté Montréal pour Istanbul, New York, Asbury Park, Paris et... Danville.

Retour aux artistes

Autres artistes