Le visage porte la signature de l’âme qui s’y dissimule. C’est ce qui inspire la jeune peintre Laurence Nerbonne dans ses toiles d’une touchante humanité. Originaire de l’Outaouais et aujourd’hui établie à Montréal, l’artiste de 24 ans se démarque par son vif coup de pinceau en taches dont la maturité dépasse nettement son âge.

La peintre autodidacte a toujours eu pour inspiration le visage, sujet maître de son oeuvre. Ayant grandi dans un environnement familial sensible aux arts, Nerbonne a découvert la force de frappe de la peinture au fil des expositions qu’elle a visitées dès les premières années de sa vie. S’exprimant par ses toiles dès l’âge de 16 ans, Nerbonne a exposé en Outaouais jusqu’à l’âge de 18 ans. Toutefois, dès ses 17 ans, l’artiste avait amorcé un hiatus pour s’impliquer dans ses études en communications et dans le sport collégial. C’est seulement deux ans plus tard, après avoir établi demeure à Montréal, qu’elle a de nouveau ressenti l’urgence de créer, de se rapprocher de l’autre et d’elle-même à travers le visage. La peintre donnant dans l’art figuratif utilise l’acrylique pour mettre en vie des portraits de grand format auxquels elle confère une dimension nouvelle en alliant les couleurs au paysage émotionnel de ses personnages. Elle utilise les jeux d’ombres qui creusent les visages en gros plan et créent une intimité avec les protagonistes, permettant ainsi d’en saisir l’essence et de les comprendre.

L’oeuvre de Nerbonne est centrée sur l’humain. Ses toiles misent sur les personnages qui les habitent, occupant la presque totalité de l’espace et obscurant leur environnement physique. Nerbonne vient ainsi affirmer la primauté du paysage humain dont la richesse demeure inatteignable pour toute autre forme de paysage. La proximité avec ces visages permet de ressentir l’émotion pure qui en émerge, de s’imprégner de leur vive sensualité. Les sujets de la peintre, qu’ils soient hommes, femmes ou enfants, sont porteurs d’une humanité brute qui transpire de leurs regards intenses et de l’énergie féline qu’ils dégagent. C’est donc dans le dépouillement de leur identité que Nerbonne parvient à peindre ces personnages dans toute la beauté qui les caractérise. L’artiste en pleine ascension tente ainsi de s’arrêter pour faire tomber les masques qui occultent la vraie sensibilité de l’homme moderne. Nerbonne, prêtant voix à ses toiles, vient rappeler le temps qui passe et la nécessité de le vivre en vérité face à soi-même en se départissant des façades qui étouffent les rêves.

Texte : Jean-François Cadieux

Retour aux artistes

Autres artistes