Démarche
De nos jours, dans les villes, l’affiche est devenue un media éphémère. Elle a une durée de vie de deux semaines tout au plus. On annonce, on publicise, on met en marché, on consomme et hop... c’est terminé, fini. Une autre affiche vient recouvrir celle qui ne reviendra jamais. Il y a vingt ans, on en décorait nos murs. J’aime l’idée de redonner à l’affiche ses lettres de noblesse, de la revoir décorer les murs, par pur plaisir esthétique. Et pour sa poésie. Je me suis promené à travers la ville pour capter des morceaux de ces images éphémères. Si petite soit-elle, la partie que j’en ai retenue — gros plan d’un détail, amalgame de plusieurs affiches dans la même photo, souvent déchirées, usées par le temps — m’a inspiré. Puis j’ai ajouté des éléments pour faire exploser la perspective. Le tout devient immense, plus grand que nature. De quelques centimètres, on passe au paysage qui fait plusieurs kilomètres. Où l’oeil se promène de la déchirure à l’élément ajouté, « zoom in », « zoom out » et recommence... Ces affiches, à l’origine, annonçaient peut-être un spectacle de musique, une pièce de théâtre, un projet artistique pour lesquels un individu, un groupe, une troupe ont mis leurs tripes, à nu, sur une scène. Je respecte ces élans artistiques, ces rêves, la richesse de la création qui habite le Québec. Je salue ceux qui y mettent leur coeur et toute cette énergie. Je leur lève mon chapeau et leur rends hommage à ma manière.

Parcours
Les formes et les couleurs des objets qui peuplent notre quotidien, sont imaginées par des artistes, designers, architectes, photographes dont souvent on ne connaît pas le nom. Qui est à l’origine des logos des grandes marques ? Qui a imaginé les trois lignes d’Adidas, l’affiche d’Autant en emporte le vent que tout le monde reconnaît au premier coup d’œil ? Jean-Charles Labarre a créé des images, des formes et des couleurs qui ornent votre discothèque et sans que vous ne le sachiez vous touchez régulièrement ses oeuvres. Créateur de pochettes de disques et de campagnes de publicité, Jean-Charles Labarre a mis en images certains des plus grands artistes et événements québécois et français: Charles Aznavour, Beau Dommage, Daniel Boucher, les Colocs,
Yvon Deschamps, Diane Dufresne, Jean-Pierre Ferland, Eric Lapointe, Daniel Lavoie, Félix Leclerc, Sylvain Lelièvre, René Lévesque, Térez Montcalm, Patrick Norman, Roch Voisine… Depuis quelques années, Jean-Charles Labarre élargit son champ d’activités créatrices en y intégrant la photo. Son exposition Paysages Urbains nous donne à voir de la vie là où on ne voyait que de vieux restes.

Résumé biographique
Né à Drummondville en 1968, Jean Charles Labarre a grandi à travers les pinceaux, les couleurs et les élèves de l’atelier d’artiste peintre de sa mère. Après ses études en graphisme au Collège Ahuntsic ainsi qu’en animation 3D, cinéma et télévision au Centre NAD, Jean-Charles devient directeur artistique en agence de publicité à L’Académie-Ogilvy. Il enseigne par la suite l’animation 3D au Centre National d’Animation et de Design, puis crée sa propre enterprise oeuvrant dans le domaine des communications graphiques spécialisée en projets artistiques. Depuis 1998, la Société de production en imagerie nouvelle inc. (S.P.I.N.) a réalisé plus de 3500 projets dont plusieurs ont été récompensés. S.P.I.N. est notamment récipiendaire de quatre trophées FÉLIX, en 2000, 2001, 2005 et 2009 dans la catégorie « Compilation anthologie et réédition », et mis en nomination en 1999 dans la catégorie « Pochette de l’année ». De plus, l’implication et les connaissances de Jean-charles Labarre, tant en graphisme-design qu’en musique, lui permettent de présider et de siéger sur plusieurs jury.

Retour aux artistes

Autres artistes